Une nouvelle arme contre le frelon asiatique

Le frelon asiatique est naturellement présent dans le Nord de l’Inde, en Chine et dans les montagnes d’Indonésie (Sumatra, Sulawesi, etc…). Mais, en France, de nombreux nids de ce frelon nommé scientifiquement “Vespa velutina” ont été découverts. Il prolifèrent rapidement et ils s’implantent en progressant de régions en régions. Il semble que l’insecte soit arrivé en France fin 2004 caché dans un chargement de poteries chinoises livrées près de Tonneins en Lot et Garonne. A l’ouverture des caisses, un reine frelon s’est échappée et la prolifération a commencé. Trois ans plus tard, cette espèce s’est acclimatée en France et se répand rapidement. Elle construit ses grands nids sphériques à très grande hauteur, dans les arbres, hors de portée des regards, parfois à plus de 12 m.

Sa caractéristique est de s’attaquer aux ouvrières des ruches, notamment des espèces Apis mellifera et Apis cerana, notre abeille. Ce frelon se positionne en vol stationnaire à l’entrée des ruches, prêt à fondre sur les abeilles chargées de pollen pour les tuer en leur coupant la tête avec ses mandibules puissantes et entraînées. Il les emporte dans un arbre pour les dépecer. Après leur avoir arraché les pattes et les ailes, il en fait une boulette qu’il emporte jusqu’au nid pour en nourrir ses larves. Il arrive à tuer et à emporter une abeilles en quelques minutes. Une dizaine de frelons suffisent à condamner une ruche par leur inégalable ténacité… En Asie, il parviendrait même à entrer dans les ruches pour dévorer le couvain ce qui, en France, pousserait à la ruine nombre d’apiculteurs, déjà secoués par la surmortalité de leur cheptel due aux insecticides.

Un apiculteur basque a découvert une technique naturelle pour le détruire : Le poulet. Celui-ci repère le frelon à son battement d’ailes bruyant. Le vol géostationnaire de l’insecte fait que, tout en se méfiant de la ruche et de la colonie d’abeilles, le poulet capture le frelon, explique Francis Ithurburu. Mieux, au printemps, le poulet attrape les premières fondatrices qui sont en train de construire le nid de frelons. Résultat: les nids autour des ruchers sont avortés et les frelons ne s’y installent pas.

Ce contenu a été publié dans Ecologie. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.