Désaliniser l’eau à faible coût grâce au graphène

grapheneDes chercheurs de plusieurs universités américaines ont testé le potentiel du graphène pour cette application spécifique. Le graphène présente l’avantage majeur d’être à la fois résistant, flexible et hautement imperméable. Le graphène, dans notre cas précis, est fabriqué grâce à un procédé de dépôt chimique en phase vapeur. Une couche mince de cuivre est placée dans un four chauffé à haute température. Un gaz riche en atome de carbone est introduit dans le four et, en ajustant les paramètres de température et de pression, il en résulte une mono-couche de carbone, le graphène, déposé à la surface du cuivre.

Le graphène est ensuite transféré sur un substrat présentant de petits trous (environ dix fois plus petits que la largeur d’un cheveu). Les chercheurs ont pu mettre en évidence tout d’abord que malgré sa finesse ultime, le graphène était entièrement imperméable. Par la suite, utilisant un gaz ionisé, les auteurs ont réussi à perforer le graphène à l’échelle nanométrique. Il a alors été possible d’observer que les molécules d’eau pouvaient traverser le feuillet de graphène alors que le sel (NaCl) ne le pouvait pas. Ce résultat est très encourageant car il pourrait permettre un processus de désalinisation à moindre coût et sans utilisation de procédé chimique.

Ce contenu a été publié dans Ecologie, Economie, Technologie. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.