Quand Nobel fait la pub pour Pfizer

|

Un prix Nobel de Médecine pour un vaccin qui n’immunise pas et n’empêche pas la transmission : de quoi tomber de sa chaise. On devrait plutôt, au vu des bénéfices plantureux de Pfizer, leur décerner le prix Nobel d’Economie.
La technologie à ARNm est un exploit : elle a permis, pour la première fois dans l’histoire de l’humanité, de produire et commercialiser en masse un vaccin qui, selon les aveux même des autorités :

  • N’empêche pas d’être contaminé par le virus
  • N’empêche pas de tomber malade, ni d’avoir des symptômes importants
  • N’empêche pas la transmission de ce virus à d’autres personnes
  • Nécessite des doses de rappels à répétition

Il suffit de lire la définition de « vaccin » pour comprendre que quelque chose cloche :

« Préparation administrée pour stimuler le système immunitaire de manière à développer une immunité durable contre une maladie. »

Et on ne parle même pas des effets secondaires !

Prix Nobel de medecine 2023

Katalin Karikó est vice-présidente senior chez BioNTech RNA Pharmaceuticals, partenaire de Pfizer

Lire aussi :  La corruption généralisée en médecine (conférence).

Publications similaires