L’info de la BCE qui démontre que les banques vont mal

Extrait d’un article de Philippe Herlin – GoldBroker

“… Et puis, deux jours plus tard, comme par inadvertance, la BCE publie un chiffre qui aurait du faire l’effet d’une bombe mais ne sera finalement pas repris dans les médias : les banques européennes ont 880 milliards d’euros de créances douteuses (c’est-à-dire en retard de paiement depuis au moins 90 jours), et ce chiffre représente 4% de leur bilan. 4% ça ne paraît pas beaucoup, mais cela correspond à leur effet de levier moyen, c’est-à-dire le rapport entre leurs fonds propres et leurs engagements, le total de leur bilan, le levier “brut”, sans pondération des risques (par exemple pour BNP Paribas : 1800 milliards d’actif total pour 72 milliards de fonds propres, soit 72/1800=0,04 donc 4%, Deutsche Bank est à 3,1%, Société Générale à 3,3%, ING Bank à 4,6%).

Le chiffre de 4% est dans la moyenne de l’effet de levier des banques en Europe. Alors même si ces créances ne sont pas perdues en totalité (les paiements peuvent reprendre, la banque peut saisir l’actif du créancier pour le revendre), on découvre tout de même que les créances douteuses des banques européennes sont au même niveau que leurs fonds propres… Autrement dit, elles sont virtuellement en faillite. Merci à la BCE pour cette info !”

Ce contenu a été publié dans Economie, Politique. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.