Conséquences de la décriminalisation des drogues au Portugal

A l’encontre des idées reçues …

Source : l’Express

En juillet 2001, après des années de lutte contre la drogue, le gouvernement portugais a complètement changé de stratégie et a décriminalisé toutes les drogues (cannabis, héroïne, cocaïne, ecstasy ainsi qu’une multitude de médicaments).

La dépénalisation des drogues au Portugal a eu un effet semblable à celui de la psychologie inversée. Comme l’usage n’est plus interdit, on ne perçoit plus de bénéfices à la consommation de la drogue et les personnes sont davantage conscientes des conséquences et dangers éventuels.

D’un point de vue global, la consommation de drogues chez les jeunes de 15 à 24 ans a diminué. Les taux d’infection par le VIH parmi les consommateurs de drogues injectables ont été réduits à un rythme soutenu et le problème est devenu plus facile à gérer qu’au sein de pays ayant des taux élevés. En outre, les décès liés à la consommation de drogues ont sensiblement chuté.

Une étude publiée en 2010 dans le British Journal of Criminolgy a également montré que durant la période suivant la décriminalisation, le Portugal a connu une diminution des emprisonnements liés au trafic de drogues et une hausse des fréquentations de cliniques de désintoxication et de traitements de pathologies en rapport avec la toxicomanie.

Ce contenu a été publié dans Médecine, Sociologie. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.