Lagarde: la zone euro doit fermer des banques « si nécessaire »

Et pourtant ce n’est pas une dangereuse gauchiste ! Nous voilà prévenus !

Détails sur : http://www.lalibre.be

LagardeLa patronne du FMI a une nouvelle fois appelé à une réforme du secteur financier mondial en mettant en place une supervision « plus intensive et plus intrusive » et en s’attaquant au problème des « banques surdimensionnées ».
La directrice générale du FMI, Christine Lagarde, a estimé mercredi que la zone euro devait en priorité continuer à « nettoyer » son secteur financier, en « fermant » certaines banques « si nécessaire ».

« La priorité doit être de continuer à nettoyer le système bancaire en recapitalisant, en restructurant et, si nécessaire, en fermant certaines banques », a-t-elle déclaré lors d’une conférence à New York, selon le texte de son discours communiqué à la presse.

Pour pouvoir bénéficier d’un plan d’aide internationale, Chypre a dû récemment consentir une drastique remise à plat de son secteur financier via la mise en faillite de la banque Laïki, la deuxième du pays.

Selon Mme Lagarde, plusieurs banques de la « périphérie » de la zone euro « commencent à peine à être rétablies » et souffrent encore d’un manque de capitaux couplé à une trop grande quantité de mauvaises créances.

« Même à l’extérieur de la périphérie, le bilan (des banques) doit être réduit » et leur modèle économique « amélioré », a-t-elle ajouté.

A cause de la mauvaise santé du secteur financier, la politique monétaire européenne « tourne à vide » et les taux d’intérêts bas ne profitent pas « aux personnes qui en ont besoin », a estimé Mme Lagarde.

A quelques jours de la publication des nouvelles prévisions économiques du FMI, la dirigeante a dit ne pas s’attendre à ce que la croissance mondiale soit « bien plus élevée » cette année qu’en 2012 et a préféré s’attarder sur la nécessaire réforme du secteur financier.

« Des Etats-Unis en 2008 à Chypre aujourd’hui, on voit ce qui arrive quand le secteur bancaire préfère le profit immédiat aux bénéfices à long terme, alimentant un système qui, au final, déstabilise l’économie », a souligné Mme Lagarde.

La patronne du FMI a une nouvelle fois appelé à une réforme du secteur financier mondial en mettant en place une supervision « plus intensive et plus intrusive » et en s’attaquant au problème des « banques surdimensionnées », trop grandes pour faire faillite (« too big to fail »).

Mme Lagarde a toutefois noté qu’il faudrait lutter contre « l’intense mouvement d’opposition » déployé par le secteur bancaire, « réticent à abandonner des activités lucratives ».

Ce contenu a été publié dans Economie, Politique. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.