De fausses barres d’or à Fort Knox ? Ce que les Chinois auraient découvert…

US_Ft_Knox_03En octobre 2009, les Chinois recevaient une livraison de barres d’or, ce qui est un échange courant entre pays qui ont des dettes les uns envers les autres et qui désirent équilibrer ce que l’on appelle leur balance commerciale. Une majorité de l’or est échangé et stocké dans des coffres sous la supervision d’une organisation spéciale basée à Londres, le London Bullion Market Association (ou LBMA).

Après avoir reçu leur livraison, les Chinois ont demandé à ce que des tests soient effectués pour en vérifier la pureté et le poids. Ces tests consistent à percer de quatre petits trous certaines des barres d’or pour en analyser la composition.
Les officiels Chinois ont été choqués de découvrir que leurs barres étaient contrefaites.

Elles contenaient des cœurs de tungstène et seule leur couche extérieure était faite d’or pur. En plus de cela, ces barres, qui sont frappées d’un numéro de série pour être identifiées facilement, provenaient de Fort Knox, aux Etats-Unis, où elles ont été stockées des années durant. La livraison d’or reçue par les Chinois représentait entre 5600 et 5700 barres d’un poids de 400 onces chacune !
Au départ, les experts ont pensé que ces fausses barres provenaient de Chine, plus important producteur mondial d’or. Mais les Chinois, qui ont rapidement mené l’enquête, ont publié un rapport impliquant les Etats-Unis.

Ce que les Chinois auraient découvert :

Il y a environ 15 ans – sous l’administration Clinton (pensez Robert Rubin, Alan Greenspan et Lawrence Summers), entre 1,3 et 1,5 millions de barres de 400 onces de tungstène ont été fondues par un raffineur sophistiqué des Etats-Unis (plus de 16.000 tonnes de métal). 640.000 de ces barres de tungstène auraient été plaquées avec de l’or et envoyées à Fort Knox où elles sont restées jusqu’à ce jour.
Selon l’enquête menée par les Chinois, le reste de ces barres de tungstène auraient également été plaqué or avant d’être vendu sur le marché international. Il semblerait que le marché international soit truffé de barres d’or falsifiées de 400 onces. Peut-être même à hauteur de 600 milliards de dollars.

Ce contenu a été publié dans Economie, Politique. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.