Aux Etats-Unis, le PIB baisse, la productivité aussi

Publié le 30 juin 2014 par Bill Bonner dans la Chronique Agora

“Si l’argent malhonnête engendre une comptabilité malhonnête, il engendre aussi la malhonnêteté et la corruption dans tous les aspects de l’existence — des conseils des grandes banques jusqu’au plus petit agent économique”.
– Dylan Grice

Nous avons passé les derniers jours à réagir à deux nouvelles informations aux Etats-Unis. Pour commencer, le taux d’inflation a été plus élevé que prévu, à 2,1%… puis le chiffre du PIB US pour le premier trimestre a été réajusté bien plus bas qu’attendu, à MOINS 2,9%.

Mme Yellen a écarté la hausse de l’inflation comme étant “du bruit”. Mais parmi le vacarme des statistiques menteuses et des chiffres trompeurs, il est très difficile de faire la distinction entre le bruit et les signaux importants. De plus, nous savons que la présidente de la Fed est sourde comme un pot. D’autres chiffres de l’inflation sont bien plus élevés ; selon la formule utilisée par les autorités en 1990, le véritable niveau de l’inflation aux Etats-Unis est de 6%, et non 2%.

A ce taux, la chute du PIB est bien plus conséquente que l’admettent les autorités américaines. Il faut soustraire l’inflation de l’activité économique nominale pour arriver au taux de croissance économique réel. La croissance nominale pour le premier trimestre était de 0,8%. Si le chiffre de 6% avait été utilisé, la chute aurait été de -6,8% — ce qui aurait retenu l’attention des investisseurs.

../..

Parce que les investisseurs ont compris que l’économie n’est plus pertinente pour ce qui concerne les prix des actions. Ce qui compte, c’est le crédit. Tant que le crédit est disponible à des taux inférieurs à l’inflation, les brasseurs d’argent l’utiliseront pour faire grimper les cours, utilisant les rachats, les fusions-acquisitions et autres trucages

Voir la suite de l’article : La Chronique Agora

Ce contenu a été publié dans Economie, Politique. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.